Libres paroles

Le bonheur, ça s'entraîne !

Être acteur de son bien-être

Le stress, mal du siècle ? La détresse psychologique et son cortège de maux deviennent pour beaucoup d’entre nous un point commun. Malheureusement. 

Mal de dos, mauvais sommeil, réveils nocturnes, fringales, envie de sucre… voici quelques uns des nombreux symptômes de notre stress ou d’un certain mal-être.

Et surtout, ce sentiment de fatalité, cet aquoibonisme… On n’y peut rien, c’est comme ça. 

Et on s’abîme la santé, on abîme notre relation aux autres, et on abime sa vie, en pensant qu’il n’y a pas d’alternative. 

Eh bien si. Nous pouvons être acteurs de notre bonheur, ou au moins de notre bien-être. C’est prouvé !

Mais d’abord, d’où vient le bonheur ? Pourquoi pour certains, ça va toujours et pour d’autres, ça ne va jamais ? 😳

Et non, les conditions de vie ne sont pas un facteur d’explication majeur du bonheur 😉

Les recherches montrent aujourd’hui que le bonheur est génétique à 50% environ. C’est-à-dire que la moitié de notre capacité à être heureux vient de nos gênes. Et plus spécifiquement de la quantité de neurotransmetteurs que nous sécrétons naturellement : dopamine, endorphines, ocytocine, sérotonine etc.
Par exemple, j’ai un déficit en sérotonine, a priori génétique, et qui a des impacts sur ma capacité à ressentir du bien-être 😬😢  (Pour de vrai)

Alors finalement le bonheur, une fatalité ?

Pas seulement. 

Une étude sur des jumeaux monozygotes séparés à la naissance le démontre. Tous ne sont pas égaux face au bonheur, les gènes n’expliquent donc pas tout.

Les conditions extérieures comptent pour 10 % de notre capacité à être heureux. Donc oui le contexte compte, mais finalement assez peu. 

Et le reste alors ? Les derniers 40% sont conditionnés par la façon dont nous interprétons ce que nous vivons.

Vous savez, comme Mandela “Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends.”

 

Eh bien, il y a ceux qui, comme Mandela, s’en approchent, et ceux qui perdent, tout simplement. Et qui n’ont pas appris à regarder le monde avec d’autres lunettes. 

Mais les lunettes roses, ça sert à quoi ?

À nous rendre plus forts !

Quand nous devenons plus positifs, nous devenons :

  • + efficaces
  • + intelligent
  • + productif
  • + résilient
 

Pourquoi ? 

Là encore, en stimulant davantage certains circuits biologiques, on stimule dopamine + sérotonine qui aident à :

  • classer les données
  • mémoriser
  • récupérer
  • connecter

Et voilà pourquoi on devient plus intelligent en regardant le monde plutôt façon verre à moitié plein.

Et donc voilà pourquoi il est important de muscler son optimisme. Pour être plus fort. 

Et il existe des rituels qui sont recommandés par la science pour favoriser l’optimisme, la capacité de lâcher prise et donc le bien-être et au-delà, le bonheur.

Vous en connaissez sûrement la plupart. 

Ce qui a été démontré, c’est la régularité de la pratique qui les rend efficaces. 

Alors, lesquels sont-ils ?

POSITRAN, la laboratoire de la psychologie positive en France, en a listé 10 INCONTOURNABLES. Certains sont très accessibles, d’autres parfois plus difficiles à mettre en place, mais tous sont efficaces !

  1. Méditer : un peu, beaucoup… les études prouvent que 5 min par jour, c’est déjà un plus. 
  2. 30 min de sport, 3 fois / semaine. Le plus difficile ? Trouver le sport qui vous convient, celui qui vous apporte vraiment du plaisir. N’hésitez pas à en essayer plusieurs, peut-être même beaucoup, pour trouver le vôtre. 
  3. Éprouver de la gratitude : cela vous semble un peu étrange ? Pourtant c’est un sentiment positif qui fait du bien. Et ça aussi, c’est prouvé !
  4. Écrire son journal : poser sur le papier ses questions, ses émotions, positives ou négatives… cela aide à les fixer hors de soi et ainsi s’en détacher. Bien sûr, ce n’est pas magique, mais un peu régulièrement… ça aide
  5. Respirer : bon, dit ainsi, cela semble évident. Mais est-ce que vous respirez consciemment ? C’est-à-dire en sachant que vous inspirez et que vous expirez ? Le faire plusieurs fois par jour apporte du calme.
  6. Rire : le plus possible, le plus souvent, sans limite ni gêne… le rire est bon pour la santé, c’est PROUVÉ !
  7. Récupérer : là encore, une évidence, et pourtant, parfois on en fait plus le weekend que durant la semaine. Notre corps a aussi besoin de temps de récupération, de repos, de respiration de qualité. Marcher, admirer le soleil qui se couche, regarder ses enfants jouer sont des temps qui peuvent vous aider à reprendre du souffle. 
  8. Témoigner de l’affection : faites des câlins, largement, à vos enfants, à vos parents, quand c’est possible, à votre chat, et si les contacts ne sont pas possibles, dites avec des mots, ça fait du bien à celui qui les reçoit et à vous aussi.
  9. Se servir de ses qualités : une évidence ? Et pourtant, notre éducation nous a souvent encouragés à aller améliorer ce qui pêche. Alors que là encore des études récentes démontrent que s’appuyer sur ses forces est bien plus efficace que traquer ses faiblesses.
  10. Soigner ses relations : no comment, si ? En tout cas, nos relations doivent nous faire du bien. Si ce n’est pas le cas, revisitez votre carnet d’adresse.

Alors, vous commencez par quoi ?

 

Une expérience à partager ? Identique ou contraire ?
Un avis ?
N’hésitez pas, les commentaires sont là pour ça !

🏄‍♀️🏄‍♀️🏄‍♀️

À propos de Magaly Siméon

“I believe in pink.

I believe that laughing is the best calorie burner.

I believe in kissing, kissing a lot.

I believe in being strong when everything seems to be going wrong.

I believe that happy girls are the prettiest girls.

I believe that tomorrow is another day and I believe in miracles.”

Audrey Hepburn

Mes derniers articles

Vous avez aimé cet article ? Partagez-ce lien

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ne vous arrêtez pas là !

Explorez NOTRE espace la cerise sur la QVT

Comment améliorer la qvt : des exemples concrets signés Magaly Siméon

La définition officielle est celle ci : La qualité de vie au travail désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises, d’autant plus quand leurs organisations se transforment.

Améliorer la qualité de vie au travail : on passe à l’action maintenant !

L’histoire de la qualité de vie au travail commence en France en 2013 avec l’Accord National Interprofessionnel. Aujourd’hui avec l’émergence du télétravail issue de la crise sanitaire du Covid-19, la qualité de vie au travail semble être la réponse aux problématiques des entreprises et est plus que jamais à l’ordre du jour. Découvrons dans cet article comment vous pouvez améliorer la qualité de vie au travail dans votre entreprise.

Retour au travail, présentéisme et QVT ​#32

L’heure est aux modes de travail hybrides comme évoqué dans plusieurs articles de notre revue de presse QVT. Avec l’assouplissement des règles liées à la crise sanitaire, beaucoup d’entreprises permettent aux salariés de revenir au bureau : on assiste à une hybridation du monde du travail.

Envie d'en savoir plus ?

On fait connaissance ?

N’hésitez pas à m’écrire. Je vous répondrai avec plaisir ! ​