La QVT pour les Nuls

Télétravail : un nouvel accord pour une application à tous les secteurs

Un arrêté du 2 avril, paru le 13 avril 2021 au Journal officiel, vient étendre l’Accord National Interprofessionnel (ANI) sur le télétravail à l’ensemble des secteurs d’activité. Les entreprises qui n’adhèrent pas aux principales organisations patronales, signataires du texte, seront tenues de l’appliquer.

Ces verbatims ont été recueillis pas nos commerciaux au cours de leurs RDV clients. 

Et maintenant tout le monde doit appliquer le télétravail. 

Alors comment fait-on pour y arriver malgré les réticences ?

Nous allons essayer de répondre aux 3 objections citées ci-dessus, qui sont celles que nous avons le plus fréquemment entendues.

Mes salariés, ils veulent revenir au travail !

Cette formulation sous-entend une chose : lorsqu’on est en télétravail on ne travaillerait pas, puisqu’il s’agit de “revenir au travail.”  

Cette confusion est fréquente. L’absence du bureau, lieu physique historique du travail induit une distance. Cette distance est perçue par les dirigeants comme une distanciation du travail. 

Disons-le tout de suite, pas du tout ! Au contraire, les chiffres montrent que les salariés en télétravail travaillent plutôt plus et que temps gagné sur les transports a été redistribué sur la journée de travail et non sur le temps de détente, pourtant nécessaire. 

Ce déploiement forcé et généralisé du télétravail a permis de valider que les entreprises peuvent atteindre leurs objectifs avec des salariés décentralisés, c’est à dire installés là où ils veulent. Ce fonctionnement en étoile ou en toile d’araignée est compliqué, surtout pour les entreprises au fonctionnement historiquement très hiérarchique. Ces entreprises fondent leur culture sur la croyance que la proximité du chef crée la tension. Cela était peut être vrai au 19e siècle avec la création des premières usines. Mais dès le 20e siècle, les travaux autour des cercles qualité ont démontré que dans les usines, la confiance et la délégation étaient plus productives que le contrôle. 

Alors non, les salariés en télétravail ne veulent pas revenir au bureau. Ils sont même plus de 80% à souhaiter que ces modalités soient maintenues après la crise sanitaire. 

Il va être fondamental pour les entreprises de repenser leur chaîne de commandement et de pilotage dans un modèle hybride présentiel/distanciel. Avec une intention claire pour chacune des modalités et une formation des managers au management de proximité à distance. C’est le plus grand enjeu des entreprises à 12 mois.

Le télétravail, c'est pas adapté pour tout le monde.

Non, c’est vrai, le télétravail n’est pas adapté à tout le monde. 

Le travail non plus.

Et le travail présentiel non plus. 

Les dirigeants et DRH qui affirment cela sont souvent ceux qui ne se sont pas demandé si les modalités de travail dans leur entreprise étaient adaptées à leurs salariés. C’était comme ça. Et chacun s’y adaptait. Y compris les profils qu’on appelle aujourd’hui neuro-atypiques, zèbres ou surefficients. C’était la même chose pour tout le monde. Un point c’est tout. 

La mise en place forcée du télétravail a créé une alternative au métro-boulot-dodo. C’est aussi une remise en cause profonde du présentéisme. Un des grands maux de l’entreprise française. On pourrait le formuler ainsi : “Je suis important, car mon temps de présence est étendu. Mais si je ne suis plus présent, qu’est-ce qui témoigne de mon importance ?”

Être contraint de rebattre les cartes entre télétravail et travail au bureau est une opportunité de créer des modalités plus adaptées aux personnes. C’est une richesse pour une entreprise.

De plus, souvent les entreprises qui diffusent cette croyance sur le télétravail confondent mal-être dû au contexte et difficultés nées du télétravail. 

Il faut reconnaitre que ce n’est pas facile. Comment distinguer le stress dû à une période sans visibilité, avec un rétrécissement fort des horizons de chacun, une réduction drastique du lien social et l’effet du télétravail ?

Il y a beaucoup de souffrance chez les salariés en télétravail.

Il y a beaucoup de souffrance au travail. Il y en avait beaucoup avant le déploiement du télétravail et cela semblait moins préoccuper les dirigeants. 

Il est évident que l’expression du mal-être et du stress est plus forte aujourd’hui. 

Est-ce dû au télétravail ? 

Ne pas voir ses collègues, être isolé chez soi. (Retrouvez notre infographie pour prendre soin de vos collaborateurs à distance !)

Est-ce la charge de travail ? 

Des journées plus longues, plus denses, attaché à sa chaise, sans Jean-Phi qui passe pour un café.

Est-ce les modes de contrôle du télétravail ? 

Un manager qui suit mes mouvements de souris, mes heures de connexion.

Ou est-ce la situation actuelle prise dans son ensemble ? 

Pour avoir la réponse à ces questions, le plus simple est de demander aux salariés. 

Leur demander lors des bilatérales. 

Leur demander lors des réunions d’équipes. 

Et leur demander via des enquêtes régulières. 

Les entreprises ne pourront plus faire l’économie de sondages réguliers sur les préoccupations de leurs salariés. Que ceux-ci soient en télétravail ou au bureau. Car la situation actuelle a créé un élan nouveau chez les salariés. Elle a démontré que ce qu’on leur disait impossible l’est finalement. 

Alors, pourquoi ne pas continuer à inventer les modalités de travail du 21e siècle ?

Abonnez-vous à notre newsletter

Alors en synthèse ?

Le télétravail est une opportunité immense de repenser les modalités de travail en entreprise. 

Les dirigeants et les DRH doivent imaginer le modèle hybride garant de productivité et de bien-être. 

Ce sont les entreprises qui réussiront ce pari, sans dogmatisme et en co-construction avec leurs salariés qui bénéficieront d’un atout compétitif majeur. 

Lily, votre partenaire QVT pour maintenir le lien à distance et accompagner vos salariés en télétravail ! 

Arrêté du 2 avril 2021 portant extension de l'accord national interprofessionnel pour une mise en œuvre réussie du télétravail
Décrets, arrêtés, circulaires CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI ET DE L’INSERTION Arrêté du 2 avril 2021 portant extension de l’accord national interprofessionnel pour une mise en œuvre réussie du télétravail

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Ressource supplémentaire

Autres articles à découvrir​

Revue de presse Qualité de Vie au Travail (QVT)

Télétravail en 2021 et QVT #28

Voilà maintenant plus d’un an que le télétravail s’est généralisé dans nos entreprises. Faisons le point sur ce nouveau mode travail avec l’appui de récentes études.